D'argent à une aigle de gueules, au vol abaissé, membrée, becquée et couronnée d'or, empiétant une montagne de trois coupeaux de sable issant d'une mer d'azur mouvant de la pointe et ondée d'argent.

Avertissement
Plan du site

Présentation
Les circonstances
Les danses
Les instruments
fichier Midi de cet air de musique traditionnelle partition de l'air traditionnel
Musique du MIDI !
Les auteurs
Le cinéma
Bibliographie
Discographie

Revue de presse
Téléchargement

Liens
Sites amis
Partenaires
Remerciements

mail to Contact
Au fifre niçois - Les traditions musicales du comté de Nice (MTCN)Musique traditionnelle du comté de Nice
Nouvé dòu pastre dins A lou fifre nissart - Li tradicioun musicali de la countéa de Nissa (MTCN)   Nouvé dòu pastre in About fife from Nice - The musical traditions from County of Nice (MTCN)  Autres langues
Imprimer Nouvé dòu pastre Imprimer cette page
Envoyer Nouvé dòu pastre Envoyer cette page à un ami
Générer PDF Nouvé dòu pastre Générer un fichier PDF
Suivez Nouvé dòu pastre sur Facebook  Suivez Nouvé dòu pastre sur Plus 1  Suivez Nouvé dòu pastre sur Twitter
Rechercher    dans le site « MTCN »  
 Vous êtes ici : Accueil > Musique du MIDI ! > Noëls > paroles Nouvé dòu pastre (Noël du berger). Vendredi 23 juin 2017, sainte Audrey (Sacré-Cœur). 
S’il tonne en juin, paille et foin. 
 

Nouvé dòu pastre fichier Midi de cet air de musique traditionnelle partition de l'air traditionnel
(Noël du berger)
Paroles niçoises et musique Louis Genari. Traditionnel comté de Nice.

1er couplet
N’éra, ’mount sus la mountagna,
Souta lu baus, en la nèu,
Una fea per coumpagna
Em’au siéu pichin agnèu,
Dintr’un jas qu’au vent si lagna,
E courcant en lou mantèu,
Qu’un viei pastre de frustagna,
Lou pu paure de l’amèu !
 Il n’y avait, là-haut sur la montagne,
Sous les rochers, dans la neige,
Une brebis pour compagne
Avec son petit agneau,
Dans une bergerie qui se plaint dans le vent,
Et couchant dans le (son) manteau,
Qu’un vieux berger en [habit] élimé,
Le plus pauvre du hameau !

2e couplet
Quoura parlèron, au masage,
Dòu Diéu nat à Betelèn,
E que toui partion en viage
Per li pourtà de presènt :
« Couma farai, iéu, lou maje,
Diguet èu en s’en venènt,
Per poudé li rèndre oumage,
Iéu, mesquin, que noun ai rèn ? »
 Quand ils parlèrent, au hameau,
Du Dieu né à Bethléem,
Et que tous partaient en voyage
Pour lui porter des présents :
« Comment ferai-je, moi, l’aîné,
Disait-il en s’en venant,
Pour pouvoir lui rendre hommage,
Moi, miséreux, qui n’ai rien ? »

3e couplet
Ma la nuech, barrant la clea,
Aganta lou siéu bastoun
E s’en parte embé la fea
E lou siéu blanc agneloun !
La bestia pòu li pea
En lou siéu marrit sacoun !
Au ciel l’estela lampea
Que li sierve de guidoun.
 Mais la nuit, fermant la claire-voie,
Il attrape son bâton
Et part avec la brebis
Et son agnelet blanc !
La bête lui pèse peu
Dans son mauvais sac !
Au ciel l’étoile fait des éclairs
Qui lui servent de guide.

4e couplet
Per quanti longui nuèchada
A caminat, lou pauras,
Tra li prefoundi valada
E lu puei ferouge e escas !
De carità mau dounada
Vivènt, durmia ai ribas !
La fet li es mai mancada
Ma au fin, couma èra las !
 Pendant combien de longues nuitées
Il a cheminé, le pauvre,
Parmi les profondes vallées
Et les cîmes farouches et étroites !
De charité mal donnée
Il vivait, dormait sur les talus !
La foi [ne] lui a jamais manqué
Mais à la fin, comme il était làs !

5e couplet
Sus lou pas de la jaina,
Estrassat couma un mandiant,
Auguet pòu, me la siéu mina,
D’anà soulbaià l’enfant,
E que la Maire, vesina,
L’escassegue embé la man !
Ma ’na fourça l’entraïna
E s’apressa en tremoulant !
 Sur le seuil de l’étable,
Déguenillé comme un mendiant,
Il a eu peur, avec sa mine,
D’aller embrasser l’enfant,
Et que la Mère, voisine,
Ne le chasse de la main !
Mais une force l’entraîne
Et il s’approche en tremblant !

6e couplet
Ve lou bambin adourable
Soubre la paia alairat,
Embé sa maire, en l’estable,
E n’es tout adoulourat !
Ma la Vierge, en gèst aimable,
Lou li a lèu presentat !
Eu li di : « Sièu miserable,
Ma cèn qu’ai, lou v’ai pourtat. »
 Il voit le bambin adorable
Sur la paille couché (1),
Avec sa mère, dans l’étable,
Et il en est tout affligé !
Mais la Vierge, en un geste aimable,
Le lui a vite présenté !
Lui, il lui dit : « Je suis misérable,
Mais ce que j’ai, je vous l’ai apporté. »

7e couplet
Entrant dintre la cabana
Embé l’ae e lou gros bòu,
Agnèu e fea de lana
Li soun agregat dòu còu,
E l’enfant, sensa matana,
Que lou viei li fa pas pòu
M’ai siéu bras li fa coulana
E lou baia tant que pòu.
 Entrant dans la cabane
Avec l’âne et le gros bœuf,
Agneau et brebis de laine
S’y sont mélangés d’emblée,
Et l’enfant, sans caprice,
À qui le vieux ne fait pas peur
Avec ses bras il lui fait un collier
Et l’embrasse tant qu’il peut.

8e couplet
Pi, lou paure mai s’avara
E s’arecampe au siéu touet.
Rèn lou pressa e mai encara,
Si ferma à pregà soulet.
Quoura arriba à li siéu barra,
De li glaça tout es net,
E la prima chèpa e clara
Fa verdura e fa bouquet !
 Puis, le pauvre encore s’élance (2)
Et s’en retourne chez lui (3).
Rien ne le presse et plus encore,
Il s’arrête pour prier seul.
Quand il arrive à ses falaises,
De la glace tout est dégagé,
Et le printemps tiède et clair
Fait verdure et bouquet !

9e couplet
Ma que aude ? Quoura passa,
Lou masage es en remoun.
E que vé ? Cadun s’efaça
Denant d’èu, m’amiracioun !
E damount, damount, en plaça
Dòu siéu jas, li a ’na maioun
M’un troupèu de bella raça
De cent fea e cent moutoun.
 Mais qu’entend-il ? Quand il passe,
Le hameau fait grand bruit.
Et que voit-il ? Chacun s’efface
Devant lui, avec admiration !
Et là-haut, là-haut, à la place
De sa bergerie, il y a une maison
Avec un troupeau de belle race
De cent brebis et cent moutons.

10e couplet
E lou viei, me maraviha
Sènte au couor un sanc nouvèu.
Li revèn ai gauta e briha
Un pel jouve e bloundinèu.
S’aginouia e d’alegria
E d’amour, me tout l’amèu,
Ploura e pi prega Maria
E Jesù, l’Enfant tant bèu.
 Et le vieux, avec émerveillement
Sent au cœur un sang nouveau.
Il lui revient aux joues, et brillant,
Un poil jeune et blondinet.
Il s’agenouille et d’allégresse
Et d’amour, avec tout le hameau,
Pleure et puis prie Marie
Et Jésus, l’Enfant si beau.

1. Alairat : en parlant d’une plante couchée sur le côté.
2. Avarà : se dit d’un navire que l’on met à l’eau.
3. Touet : lieu escarpé, nid d’aigle.

Bibliographie
     • Delrieu (Georges), Anthologie de la chanson niçoise, Nice, éd. Delrieu et Cie, 1960, p. 232-233.
     • Tosan (Albert), Princivalle (Gaël) et d’Hulster (Frédéric), Anthologie de la chanson du comté de Nice, Nice, Serre éditeur, collection « Encyclopædia niciensis – Patrimoine régional », vol. III, 2001, p. 190-191.

 

Retour page musique - Haut

© 2001-2017 Jean-Gabriel Maurandi


musiques traditionnelles du comté de Nice pour fifre et farandole

Suivez « MTCN » Suivez Nouvé dòu pastre sur Facebook Suivez Nouvé dòu pastre sur Twitter Partagez « MTCN »
      Partage de signets  : Nouvé dòu pastre
 Pour accéder directement au site « MTCN » :  - ajouter le bouton Nouvé dòu pastre (Noël du berger) à la barre d’outils Google
 - ajouter aux favoris


Si vous trouvez cette page intéressante, vous pouvez poser un lien vers elle. Simplement copier-coller le code ci-dessous dans votre site (Ctrl+C pour copier), ce qui donnera ceci :
Nouvé dòu pastre (Noël du berger)

2 visiteurs

 Nouvé dòu pastre (Noël du berger), avec PHP  Valid HTML 4.01 for Nouvé dòu pastre (Noël du berger) !  Valid CSS for Nouvé dòu pastre (Noël du berger) !  Nouvé dòu pastre (Noël du berger), avec Firefox   Conception site jean gabriel maurandi, creation sites internet de musique  
 Nouvé dòu pastre (Noël du berger)  Ce site respecte le droit d’auteur. Les titres proposés sont dans le domaine public. Leur réalisation est sous forme de séquencements dans des fichiers Midi et non sous forme de musiques originales ; ils ne sont ni interprétés ni produits par les artistes. Les droits des auteurs des œuvres encore protégées, reproduites sur ce site avec leur autorisation, sont réservés. Sauf autorisation, toute utilisation de la totalité du matériel multimédia mis à disposition sur le site « MTCN » autre que la reproduction et la consultation individuelles et privées est interdite.
Aucun animal n’a été maltraité pendant la conception de ce site internet. Cependant, j’ai mangé plusieurs fois de la viande.