D'argent à une aigle de gueules, au vol abaissé, membrée, becquée et couronnée d'or, empiétant une montagne de trois coupeaux de sable issant d'une mer d'azur mouvant de la pointe et ondée d'argent.

Avertissement
Plan du site

Présentation
Les circonstances
Les danses
Les instruments
fichier Midi de cet air de musique traditionnelle partition de l'air traditionnel
Musique du MIDI !
Les auteurs
Le cinéma
Bibliographie
Discographie

Revue de presse
Téléchargement

Liens
Sites amis
Partenaires
Remerciements

mail to Contact
Au fifre niçois - Les traditions musicales du comté de Nice (MTCN)Musique traditionnelle du comté de Nice
Eh ! Bonjour, bergère ! dins A lou fifre nissart - Li tradicioun musicali de la countéa de Nissa (MTCN)   Eh ! Bonjour, bergère ! in About fife from Nice - The musical traditions from County of Nice (MTCN)  Autres langues
Imprimer Eh ! Bonjour, bergère ! Imprimer cette page
Envoyer Eh ! Bonjour, bergère ! Envoyer cette page à un ami
Générer PDF Eh ! Bonjour, bergère ! Générer un fichier PDF
Suivez Eh ! Bonjour, bergère ! sur Facebook  Suivez Eh ! Bonjour, bergère ! sur Plus 1  Suivez Eh ! Bonjour, bergère ! sur Twitter
Rechercher    dans le site « MTCN »  
 Vous êtes ici : Accueil > Musique du MIDI ! > Chansons galantes > paroles Eh ! Bonjour, bergère ! Vendredi 21 juillet 2017, saint Victor de Marseille. 
S’il pleut à la Saint-Victor, la récolte ne sera pas d’or. 
 

Eh ! Bonjour, bergère ! fichier Midi de cet air de musique traditionnelle partition de l'air traditionnel
Chanson traditionnelle de Villars-sur-Var, comté de Nice.

Chanson dialoguée entre un séducteur – que l’on qualifierait aujourd’hui de « dragueur » – et une jeune bergère, suffisament sûre d’elle-même pour le remettre à sa place ! Comme dans Bonjour Nanon ou La Pastressa et lou Granadié, c’est l’homme qui prends l’initiative de la conversation, en s’exprimant en français, pour montrer qu’il a de l’instruction, affirmer ainsi son élévation sociale et impressionner la jeune fille, alors que la bergère lui répond en nissart, langue vernaculaire symbolisant son appartenance au peuple.

1er couplet
— Eh ! Bonjour, bergère !
— E ! Bouòn jou, moussù !
— Que fais-tu, bergère,
Dans ce bois touffu ?
— Planti lei favetta,
Gardi mai moutoun,
Per acò ièu fili
Su lu vert gazoun.
 — Eh ! Bonjour, bergère !
— Eh ! Bonjour, monsieur !
— Que fais-tu, bergère,
Dans ce bois touffu ?
— Je plante les petites fèves,
Je garde mes moutons,
Pour cela je file (1)
Sur le vert gazon.

2e couplet
— Dis-moi donc, bergère,
Tes amusements.
Tu es si jolie,
N’as-tu point d’amant ?
— Ah ! Moussù, pecaire !
Que mi diès aqui ?
Aco la mièu maire
Lou m’a jamai di.
 — Dis-moi donc, bergère,
Tes amusements.
Tu es si jolie,
N’as-tu point d’amant ?
— Ah ! Monsieur, pecaire !
Que me dites-vous ici ?
Ceci, ma mère
Ne me l’a jamais dit.

3e couplet
— Je sais bien, ta mère
Ne t’en parle pas.
Mais ton cœur, bergère,
Te le dit tout bas.
— Dins nouostre village,
Moussù lou curà
D’aquestou lengage
Noun n’en toca pas.
 — Je sais bien, ta mère
Ne t’en parle pas.
Mais ton cœur, bergère,
Te le dit tout bas.
— Dans notre village,
Monsieur le curé
De ce langage
Ne nous en touche pas.

4e couplet
— Mais ton chien, bergère,
Plus aimable que toi
Pour une caresse
Reste auprès de moi.
— Parqué dins la pocha
N’avès de croustoun.
Per acò ièu fili
Su lou vert gazoun.
 — Mais ton chien, bergère,
Plus aimable que toi
Pour une caresse
Reste auprès de moi.
— Parce que dans la poche
Vous avez des croûtons.
Pour cela je file
Sur le vert gazon.

5e couplet
— Ingrate et cruelle,
Tu me fais souffrir,
Sans aucune tendresse
Pour me secourir.
— Que voulès que fassi ?
Ièu lou vous farai
Meme dòu bouticari
Ièu li anerai.
 — Ingrate et cruelle,
Tu me fais souffrir,
Sans aucune tendresse
Pour me secourir.
— Que voulez-vous que je fasse ?
Moi je vous le ferai
Même (chez le) pharmacien (2)
Moi, j’irai.

6e couplet
— Pas de « boutiquère »
Ni de médecin.
C’est ton cœur, bergère,
Qui peut guérir le mien.
— Se ièu sièu ’n’ingrata,
Vous siès un couquin !
Per acò vous tiri
Per vouostre camin.
 — Pas de « boutiquère »
Ni de médecin.
C’est ton cœur, bergère,
Qui peut guérir le mien.
— Si moi je suis une ingrate,
Vous, vous êtes un coquin !
Pour cela je vous tire
(Sur) votre chemin.

1. Sous-entendu : je file la quenouille.
2. Bouticari : apothicaire, pharmacien.

Bibliographie
     • Delrieu (Georges), Anthologie de la chanson niçoise, Nice, éd. Delrieu et Cie, 1960, p. 44.

 

Retour page musique - Haut

© 2001-2017 Jean-Gabriel Maurandi


musiques traditionnelles du comté de Nice pour fifre et farandole

Suivez « MTCN » Suivez Eh ! Bonjour, bergère ! sur Facebook Suivez Eh ! Bonjour, bergère ! sur Twitter Partagez « MTCN »
      Partage de signets  : Eh ! Bonjour, bergère !
 Pour accéder directement au site « MTCN » :  - ajouter le bouton Eh ! Bonjour, bergère ! à la barre d’outils Google
 - ajouter aux favoris


Si vous trouvez cette page intéressante, vous pouvez poser un lien vers elle. Simplement copier-coller le code ci-dessous dans votre site (Ctrl+C pour copier), ce qui donnera ceci :
Eh ! Bonjour, bergère !

1 visiteur

 Eh ! Bonjour, bergère !, avec PHP  Valid HTML 4.01 for Eh ! Bonjour, bergère !  Valid CSS for Eh ! Bonjour, bergère !  Eh ! Bonjour, bergère !, avec Firefox   Conception site jean gabriel maurandi, creation sites internet de musique  
 Eh ! Bonjour, bergère !  Ce site respecte le droit d’auteur. Les titres proposés sont dans le domaine public. Leur réalisation est sous forme de séquencements dans des fichiers Midi et non sous forme de musiques originales ; ils ne sont ni interprétés ni produits par les artistes. Les droits des auteurs des œuvres encore protégées, reproduites sur ce site avec leur autorisation, sont réservés. Sauf autorisation, toute utilisation de la totalité du matériel multimédia mis à disposition sur le site « MTCN » autre que la reproduction et la consultation individuelles et privées est interdite.
Aucun animal n’a été maltraité pendant la conception de ce site internet. Cependant, j’ai mangé plusieurs fois de la viande.