D'argent à une aigle de gueules, au vol abaissé, membrée, becquée et couronnée d'or, empiétant une montagne de trois coupeaux de sable issant d'une mer d'azur mouvant de la pointe et ondée d'argent.

Avertissement
Plan du site

Prélude
Les circonstances
Les danses
Les instruments
fichier Midi de cet air de musique traditionnelle partition de l'air traditionnel
Musique du MIDI !
Les auteurs
Le cinéma
Bibliographie
Discographie

Histoire
Lexique
Revue de presse
Téléchargement

Liens
Sites amis
Partenaires
Remerciements

mail to Contact
Au fifre niçois - Les traditions musicales du comté de Nice (MTCN)Musique traditionnelle du comté de Nice
L’Iver dins A lou fifre nissart - Li tradicioun musicali de la countéa de Nissa (MTCN)   L’Iver in About fife from Nice - The musical traditions from County of Nice (MTCN)  Autres langues
Imprimer L’Iver Imprimer cette page
Envoyer L’Iver Envoyer cette page à un ami
Générer PDF L’Iver Générer un fichier PDF
Suivez L’Iver sur Facebook  Suivez L’Iver sur Twitter
Rechercher    dans le site « MTCN »  
 Vous êtes ici : Accueil > Musique du MIDI ! > Chants populaires > paroles L’Iver (L’Hiver). Mercredi 28 octobre 2020, saints Simon et Jude. 
En octobre, qui a perdu son manteau le retrouve. 
 

L’Iver
(L’Hiver)
Paroles niçoises Eugène Emanuel. Traditionnel comté de Nice.

1er couplet
Fa freï. L’iver destende su la plana
Lo sièu mantèu tan blanc e tan pelat.
E l’aquilon, furious, descadenat,
Ven menaçà la mièu pàura cabana.
         Venès toui près dou fugaïron,
         Don la rama petilla
         E la flamma jà brilla,
         Bravà la nèu e l’aquilon.
 Il fait froid. L’hiver étend sur la plaine
Son manteau si blanc et si pelé (1).
Et l’aquilon (2), furieux, déchaîné,
Vient menacer ma pauvre cabane.
         Venez tous près de l’âtre,
         Où la ramée pétille
         Et la flamme déjà brille,
         Braver la neige et l’aquilon.

2e couplet
Fa pena a véire en la nuostra campagna,
Ren de verdura e ren per rallegrà ;
Lu passeron non s’àudon plus cantà,
Non li a plus ni bousquet ni baragna.
         Ah ! Venès près dou fugaïron,
         Don la rama petilla
         E la flamma jà brilla,
         Bravà la nèu e l’aquilon.
 Ça fait peine à voir dans notre campagne,
Plus de verdure et rien pour [nous] réjouir ;
Les passereaux ne s’entendent plus chanter,
Il n’y a plus ni bosquet ni hallier.
         Ah ! Venez près de l’âtre,
         Où la ramée pétille
         Et la flamme déjà brille,
         Braver la neige et l’aquilon.

3e couplet
Oh ! Quanti fes, una banda joïoua
Ven visità la chambra de Martin ;
Rïen, cantan jusqu’àu nouvèu matin,
Tout en vuan quàuca buona poussoua.
         E, groupat près dou fugaïron,
         Don la rama petilla
         E la flamma jà brilla,
         Bravan la nèu e l’aquilon.
 Oh ! Combien de fois, une bande joyeuse
Vint visiter la chambre de Martin (3) ;
Riant, chantant jusqu’au nouveau matin,
Tout en vidant quelques bonnes « potions (4) »
         Et, groupés près de l’âtre,
         Où la ramée pétille
         Et la flamme déjà brille,
         Bravons la neige et l’aquilon.

4e couplet
Nevava, un soir : la tourmenta era fuorta.
Un voyajur venguèt a m’emplorà
En mi dien : « Durbèmi, per pietà,
Que vàu mouri de freï a vuostra puorta !
         — Intras, li digueri, a maïon,
         Don la rama petilla
         E la flamma jà brilla,
         Partagen soupa e fugaïron ! »
 Il neigeait, un soir : la tourmente était forte.
Un voyageur vint à m’implorer
En me disant : « Ouvrez-moi, par pitié,
Que je vais mourir de froid à votre porte !
         — Entrez, je lui dis, dans la maison,
         Où la ramée pétille
         Et la flamme déjà brille,
         Partageons soupe et âtre ! »

1. Pelat : pelé, chauve ; ici, dans le sens de « végétation rare ou desséchée ».
2. Aquiloun : aquilon (poétique), vent qui souffle du nord.
3. Martin : personnage du paysan niçois qu’Eugène Emanuel a introduit dans ses comédies pour le Teatrino Martiniano (théâtre de Martin).
4. Poussoua : peut-être poucioun (potion), ou pousso (mamelle), c’est donc l’idée de « vider quelques bons godets ».

Bibliographie
• revue Armanac niçart, Nice, 1904, p. 44.

 

Retour page musique - Haut

© 2001-2020 Jean-Gabriel Maurandi.


musiques traditionnelles du comté de Nice pour fifre et farandole

Suivez « MTCN » Suivez L’Iver sur Facebook Suivez L’Iver sur Twitter Partagez « MTCN »
     Partage de signets  : L’Iver
 Pour accéder directement au site « MTCN » :  - ajouter le bouton L’Iver (L’Hiver) à la barre d’outils Google
 - ajouter aux favoris


Si vous trouvez cette page intéressante, vous pouvez poser un lien vers elle. Simplement copier-coller le code ci-dessous dans votre site (Ctrl+C pour copier), ce qui donnera ceci :
L’Iver (L’Hiver)

1 visiteur

 L’Iver (L’Hiver), avec PHP  Valid HTML 4.01 for L’Iver (L’Hiver) !  Valid CSS for L’Iver (L’Hiver) !  L’Iver (L’Hiver), avec Firefox   Conception site jean gabriel maurandi, creation sites internet de musique  
 L’Iver (L’Hiver)  Ce site respecte le droit d’auteur. Les titres proposés sont dans le domaine public. Leur réalisation est sous forme de séquencements dans des fichiers Midi et non sous forme de musiques originales ; ils ne sont ni interprétés ni produits par les artistes. Les droits des auteurs des œuvres encore protégées, reproduites sur ce site avec leur autorisation, sont réservés. Sauf autorisation, toute utilisation de la totalité du matériel multimédia mis à disposition sur le site « MTCN » autre que la reproduction et la consultation individuelles et privées est interdite.
Aucun animal n’a été maltraité pendant la conception de ce site internet. Cependant, j’ai mangé plusieurs fois de la viande.