D’argent à une aigle de gueules, au vol abaissé, membrée, becquée et couronnée d’or, empiétant une montagne de trois coupeaux de sable issant d’une mer d’azur mouvant de la pointe et ondée d’argent.

Escaufestre
Plan dòu sit

Presentaciéou
Si circoustança
Si dansa
S’estrumèns
aria (fueiet Midi) particieou de l’aria
Mùsica dòu MIDI !
Si autour
Sou cinemà
Bibliougrafìa
Discougrafìa

Telecargamén

Liams
Coumpàgnous
Remerciaméns

mail to Per n’escrieure
A lou fifre nissart - Li tradicioun musicali de la countéa de Nissa (MTCN)Mùsica tradiciounella de la countéa de Nissa
La Miéu Bella Nissa dans Au fifre niçois - Les traditions musicales du comté de Nice (MTCN)   La Miéu Bella Nissa in About fife from Nice - The musical traditions from County of Nice (MTCN)   
Estampà La Miéu Bella Nissa Estampà aquela pàgina
Mandà La Miéu Bella Nissa Mandà aquela pàgina à un amic
Creà PDF La Miéu Bella Nissa Creà un fueiet PDF
Seguès La Miéu Bella Nissa soubre Facebook  Seguès La Miéu Bella Nissa soubre Plus 1  Seguès La Miéu Bella Nissa soubre Twitter
Recercà    dintre lou sit « MTCN »  
 Sias aquì : Acuèi > Mùsica dòu MIDI ! > Cansoun pouliticou, souchiali e satìricou > parouli La Miéu Bella Nissa o canson dòu sourdà niçart en Lombardìa en 1848. Dimènegue 17 decembre 2017, san Gaël. 
Noun t’aramba jamai d’un sac de carboun. 
 

La Miéu Bella Nissa aria (fueiet Midi) particieou de l’aria
o canson dòu sourdà niçart en Lombardìa en 1848
Parouli de Eugène Emanuel, mùsica d’après Le Cheval de bronze (Sou Cavau de brònzou), n° 8 : aria « Quand on est fille, hélas ! » (Coura sian filha, ailas !), da Daniel François Esprit Auber. Tradiciounel de la countéa de Nissa.

Li paraula ouriginal en francès, versificat da René d’Helbingue, noun son reprouduit aquì. Lou test en francès courrespouònde à la traducioun mot-à-mot de la versioun nissarda.

Maugrà la noustalgìa dòu païs natal, un sourdà nissart es plen de l’envuèia de coumplì l’unita de l’Italia. Devengut francès, dèu faire lou sourdà pèr Napouleoun III, pi pèr laRepùblica.



La Miéu Bella Nissa

Aquarela de Gustav Adolf Mossa pareissut dins Chansons niçoises (« Cansoun nissardi »), editour Delrieu fraires, per ilustrà La Miéu Bella Nissa.
 1 coublet            
O tu, la miéu bella Nissa
Coura voli emb’au pensié,
Dapé de li tiéu taulissa
Tra li rega d’oulivié,
Lou couor palpita de plési
E mille dous souveni
Mi rappellon lu bei an
        Qu’èri enfan ;
Coura courii per lu prat
E sautavi lu valat
Coum’un pichoun devagat.
L’aubre flourit, un parpaioun,
O lou chièu-chièu d’un passeroun
Mi rendion tant countènt :
Eri gai, san e riènt.
 Ô toi, ma belle Nice
Quand je vole par la pensée,
Près de tes toits [que l’on aperçoit]
Entre les rangées d’oliviers,
Le cœur palpite de plaisir
Et mille doux souvenirs
Me rappellent les belles années
        Quand j’étais enfant ;
Quand je courais par les prés
Et sautais les ruisseaux (fossés)
Comme un petit dissipé.
L’arbre fleuri, un papillon,
Ou le cui-cui d’un passereau
Me rendaient tellement content :
J’étais gai, sain et riant.

Refren            
O bei tem, o bella Nissa
A tu voli emb’au pensié,
Saludi li tiéu taulissa,
Lu tiéu bei pourtegalié.
 Ô beaux temps, ô belle Nice
À toi je vole par la pensée,
Je salue tes toits,
Tes beaux orangers.

2nt coublet            
E saludi li coulina
Qu’an un sourire eternel.
Senti la brisa marina,
Vèu l’azur dou tiéu bèu ciel.
Pi, lou pensié courre à maioun :
Vèu lavesou, fugairoun,
La mastra, lou gros taulié
        De nouguié.
Vèu la careta, lou magau,
La pouièra, lou destrau ;
Audi lou can que fà « bau » !
En un cantoun vèu lou miéu brès.
Audi cantà, e noun sentès,
Ma maire que di : « Pichoun,
Enduerme-ti, doun, doun, doun... »
 Et je salue les collines
Qui ont un sourire éternel.
Je sens la brise marine,
Je vois l’azur de ton beau ciel.
Et puis la pensée court à la maison :
Je vois [le] chaudron [à pied], [l’]âtre,
La maie, la grande table
        De noyer.
Je vois la charrette, le croc [à bêcher],
La serpe, la hache ;
J’entends le chien qui fait « ouah » !
Dans un coin je vois mon berceau.
J’entends chanter, ne l’entendez-vous pas ?,
Ma mère qui dit : « Petit,
Endors-toi, do, do, do... »

Refren            
O bei luec, o bella Nissa
A tu voli emb’au pensié,
Saludi li tiéu taulissa,
Lu tiéu bei pourtegalié.
 Ô beau lieu, ô belle Nice
À toi je vole par la pensée,
Je salue tes toits,
Tes beaux orangers.

3rs coublet            
Libertà ! Au cri de guerra
Qu’en Italia as fach levà,
Ai suivit la tiéu bandièra,
Lou paisan s’es fà sourdà.
Tra la poussièra dai coumbàt
Coum’un brave ai caminat
Sensa cregne ni mousquet
        Ni boulet.
Siéu dou pais dai Seguran ;
Ai de pièch e cour’ai fam
Mi manji cinq Aléman.
Ma coura au soir, su lou miéu sac,
Gusti lou repau dou bivac,
Mi senti veni de luèn,
Su la brisa, un dous refrèn
 Liberté ! Au cri de guerre
Qu’en Italie tu (1) as fait se lever,
J’ai suivi ton drapeau (ta bannière),
Le paysan s’est fait soldat.
Dans la poussière des combats
Comme un brave j’ai cheminé
Sans craindre ni mousquet
        Ni boulet.
Je suis du pays des Séguran ;
J’ai de la poitrine et quand j’ai faim
Je mange cinq Allemands.
Mais quand le soir, sur mon sac,
Je goûte le repos du bivouac,
Je sens venir de loin,
Sur la brise, un doux refrain

Refren            
Que di : « La miéu bella Nissa
Coura voli etc. »
 Qui dit : « Ma belle Nice
Quand je vole etc. »

4e coublet            
Mi counsouola, mi recrèa
L’espoir que retournerai
Manjà la tourta de blea,
Li faveta au mès de mai,
Su l’erba embé de saucissoun,
Una trancha de jamboun,
Un bouon tomou de braquet
        De Bellet !
Que reveirai lu berninsòu,
Li bouscarla, lu faiou,
Li belouna trent’au sou !
Qu’en janvié veirai mile flou
Sourti dapé dai cauléflou...
Coura, en là, tout es gelat,
Passit, rimat e pelat...
 Il me console, il me réjouit,
L’espoir que je retournerai
Manger la tourte de blette,
Les févettes au mois de mai,
Sur l’herbe, avec du saucisson,
Une tranche de jambon,
Une bonne bouteille (2) de braquet (3)
        De Bellet (4) !
Que je reverrai les « bernisses (5) »,
Les fauvettes, les haricots,
Les bellones (5) « trente au sou » !
Qu’en janvier je verrai mille fleurs
Sortir près des choux-fleurs...
Quand ailleurs tout est gelé,
Fané, brûlé et pelé...

Refren            
O bèu ciel, o bella Nissa
Coura voli etc.
 Ô beau ciel, ô belle Nice
Quand je vole etc.

5e coublet            
Soubre lu champ de bataia
Vouoli gagnà lu galoun,
Reveni embé la medaia
Emb’au brout sus lou poumpoun ;
Dire à la terra doun sièu nat :
Per tu, lou sanc qu’ai versat.
Ma l’Italia pou cridà :
        « Libertà ! »
Pi su la pouorta de maioun
Souonà frema, pà, pichoun :
« Sièu vengut, sièu ièu, Titoun ! »
Mi sembla jà su lou miéu couor
De lu serrà, o dous espoir !
Que pousquessi, en lu viei an,
Cantà encara ai miéu enfan :
 Sur les champs de bataille
Je veux gagner les galons,
Revenir avec la médaille
Avec la guirlande sur le pompon ;
Dire à la terre où je suis né :
Pour toi, le sang que j’ai versé.
Mais l’Italie peut crier (6) :
        « Liberté ! »
Puis sur la porte de la maison
Appeler femme, père, petit :
« Je suis venu, c’est moi, Titoun ! »
Il me semble déjà sur mon cœur
Les serrer, ô doux espoir !
Que je puisse, en mes vieux ans,
Chanter encore à mes enfants :

Refren            
« O bei tem, o bella Nissa
Coura voli etc. »
 « Ô beaux temps, ô belle Nice
Quand je vole etc. »

1. La vila de Nissa.
2. Un « tòmou » = tré litre !
3. Souca regiounala.
4. Lou vin d’en Bellet.
5. « Berninsòu » (o « bernissóu ») e « belouna » son de figa.
6. La versioun publicat per Nice historique douna aquì :
   Per tu, lo sanc ai versat | Ma la patria poù cridà
   En 1848, la countéa de Nissa éra encara au règnou de Piemount Sardegna, lou sourdà noun a besoun de prechisà lou noum de la siéu patria.

Bibliougrafìa
     • Delrieu (Georges), Anthologie de la chanson niçoise (Antoulougìa de la cansoun nissarda), Nice, ed. Delrieu e Cia, 1960, p. 15-17.
     • Tosan (Albert), Princivalle (Gaël) e d’Hulster (Frédéric), Anthologie de la chanson du comté de Nice (Antoulougìa de la cansoun de la countéa de Nissa), Nice, Serre editour, coulecioun « Encyclopædia niciensis – Patrimoine régional », vol. III, 2001, p. 174-175.
     • revue Nice historique, Nice, 1907, p. 143-144.
     • revue Lou Sourgentin, Nice, n° 165, janvier 2005, p. 21.

 
Discougrafìa
     • Collectage, Nissa vielha, réalisation Nux vomica.

 

Retour à la pàgina mùsica - Aut

© 2001-2017 Jouan-Gabrièu Maurandi.


musicas tradiciounelli countea de Nissa, fifre

Seguès « MTCN » Seguès La Miéu Bella Nissa soubre Facebook Seguès La Miéu Bella Nissa soubre Twitter Partagiès « MTCN »
      Partage de sìgnou  : La Miéu Bella Nissa
 Per achèdre diretamen à lou sit « MTCN » :  - ajustà lou boutoun La Miéu Bella Nissa - canson dòu sourdà niçart en Lombardìa en 1848 à la vouòstra barra d'autis Google
 - ajustà à lu favourit


Si trouvas aquela pàgina interessanta, poudès plaçà un liam vers éla. Simplamen coupià-coulà lou code aqui souta dins lou vouòstre sit (Ctrl+C per coupià), cen que dounarà acò :
La Miéu Bella Nissa - canson dòu sourdà niçart en Lombardìa en 1848

1 visitatour

 La Miéu Bella Nissa - canson dòu sourdà niçart en Lombardìa en 1848, mé PHP  Valid HTML 4.01 for La Miéu Bella Nissa - canson dòu sourdà niçart en Lombardìa en 1848 !  Valid CSS for La Miéu Bella Nissa - canson dòu sourdà niçart en Lombardìa en 1848 !  La Miéu Bella Nissa - canson dòu sourdà niçart en Lombardìa en 1848, mé Firefox   Counchecioun sit jean gabriel maurandi, creation sites internet de musica  
 La Miéu Bella Nissa - canson dòu sourdà niçart en Lombardìa en 1848  Aquel site respeta lou drech d’autour. Lu titre proupausat son dintre lou doumène public. Lur realisacioun es en la forma de sequensamen dins de fueiets Midi e noun en la forma de mùsica ouriginala ; noun son ni interpretat ni prouduch per li artista. Lu drech dai autour dei obra encara proutegiat, reprouduch dintre aquel site mé lur autourisacioun, son reservat. Echètou autourisacioun, touta utilisacioun de la toutalità dòu material multimedia mes à dispousicioun dintre lou site « MTCN » autre que la reprouducion e la counsultacioun individuali e privadi es interdich.
Minga animau es estat estrapassat durant la counchecioun d’aquèstou sit. Pura, ai mangiat de bèi còu de vianda.